AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

« L'élève n'est pas près de dépasser le maître... » ♦ Roxane&Aiden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité


MessageSujet: « L'élève n'est pas près de dépasser le maître... » ♦ Roxane&Aiden Mer 24 Nov - 12:20


©DISTURBIND MIND ©Mymz
Roxane & Aiden


« L'élève n'est pas près de dépasser le maître... »


      AIDEN - Ouvrez tous vos livres page 77. (Il prit un air sérieux, puis relâcha les traits sévères de son visage presque aussitôt.) Non je déconne. Sortez plutôt vos plumes, notez ce qui vous semble intéressant, mais surtout : ouvrez grand vos oreilles, les trolls. Je vais vous raconter l'histoire de la vie. (Commence à chantonner une chanson inconnue de tous dans l'école – c'était probablement dû à ses origines moldus et sa vétusté. C'est l'histoire de la viiiie.)


    Je crois qu'on a tous des matières à l'école dans lesquelles on aimerait jamais avoir à poser le pied. Quitte à tomber malade juste pendant ce laps de temps censé être réservé à cette fameuse leçon qui vous donne des boutons. Enfin c'est ce que j'entendais dire tout le monde à l'époque où moi aussi j'étais élève à Poudlard. Et c'est encore ce que j'entends sortir de la bouche de mes élèves actuels. « Oh c'est nase les cours d'étude des runes ! » - « Très sérieusement... à quoi ça sert l'arithmancie ? ». Voilà ce que me raconte chaque jour les nouveaux étudiants de l'école. À la limite, je les comprends. C'est des matières qui servent à rien. Mais ne pensez-vous pas que ça reste intéressant de savoir pleins de trucs tellement pourris qui nous serviront à rien à part sortir sa science lors d'un repas de famille ? « Mh, que pensez vous des logogrammes magiques ? Ne trouvez vous pas qu'il s'agit là d'une science mantique ? Son utilisation me fait sentir l'âme d'un anachorète, pas vous ? ». Même si ça veut – presque – rien dire, n'auriez-vous pas l'air supra intelligent auprès de vos parents ? Chiche, vous sortez ça pendant une réunion de famille, et venez me dire quelle a été la réaction de vos propres. Et aussi je vous offre une bière au beurre si vous arrivez à me donner une bonne traduction en langage courant de ces phrases. Parole de sorcier.

    Tout ça pour dire, que depuis un an je m'efforce de faire changer les aprioris sur les cours chiants. Je parie que vous tous autant que vous êtes, trouvez l'Histoire de la Magie assommant. Et je vous comprends. Mais ne mettez pas la chiantise de ce cours sur le compte de son contenu, mais plutôt du professeur qui vous l'a enseigné jusque là. Lorsque j'ai décidé d'entrer à Poudlard, je ne me suis donné qu'une mission : prouver à tous les étudiants que l'histoire de la magie peut être passionnant dès le moment que quelqu'un vous montre qu'elle n'est pas qu'un ramassis d'élément pompeux. Mais plutôt une accumulation d'évènement tous très intéressants qui ont permis au monde d'être ce qu'il est à l'heure actuelle. Ce jour là, j'expliquais à mes élèves de cinquième année le Code international du secret magique. Je me lançais probablement pas dans le cours du siècle, mais bon.

      AIDEN - Vous savez ce qu'est le CISM ?
      ELEVE - Euh... le Carnaval Incroyable des Supers Magiciens ?
      AIDEN - Bien tenté, mais non. En fait c'est un sigle qui n'existe pas. Du moins pas jusqu'à maintenant, je pense que je vais le faire breveté d'ailleurs... En fait il s'agit du Code International du Secret Magique. Vous savez probablement tous ce que c'est, mais d'où est ce que ça vient ?


    J'ai eu droit à beaucoup – trop – de réponses à ma question. Des réponses justes, et d'autres complètement farfelues. Du style « Ah oui, ça vient d'un groupe d'espion moldu qui a essayé de s'infiltrer dans le cercle très privé des sorciers et... » - « Hop hop hop garçon, tu racontes n'importe quoi. ». Pour éviter toute autre confusion du même genre, j'ai fini par leur expliquer les vraies dessous de la création du code. Qu'à cause de la persécution des sorciers par les moldus et de l'hystérie que la magie provoquait, nous avions dû rester cachés. Pendant de longues minutes, j'ai expliqué la situation d'horreur qu'avaient vécu nos ancêtres. J'avais illustré mes propos avec des histoires que j'avais pu entendre lors de mes nombreux voyages. Un homme m'avait confié que dans sa famille se transmettait une histoire de cette époque. Son ancêtre avait perdu la femme de sa vie (sympa pour la femme qui lui a permis d'avoir des descendants...) lorsque celle ci avait découvert ses pouvoirs. Et même si physiquement la persécution contre les moldus n'a fait aucun dégât, elle en a fait dans les mémoires et les esprits. Et vous voyez, c'est ce genre de vécu qui fait que je suis le seul prof à être capable de passionner mes élèves de la première à la dernière seconde de cours. Voire plus.

    En effet, même si le cours est terminé, il n'est pas rare que de nombreux élèves restent pour parler de ce que je viens de leur raconter, ou pour d'autres choses encore. Depuis un an que je suis là, j'ai développé des liens particuliers avec beaucoup de mes élèves. Beaucoup d'entre eux dégage quelque chose de fort qui me réconforte jour après jour quant à mon choix de carrière. Je n'ai pas arrêté ma découverte du monde pour rien. Ce jour là, en plus des quelques élèves habitués à rester plus longtemps pour discuter avec moi, je convoquais l'une de mes favorites. Plus que ça, elle est devenue un peu comme ma famille, et mon élève à un tout autre niveau. Je lui enseigne mon savoir faire au niveau de la connerie. J'ai été sur ces bancs bien avant elle, je connais tous les moindres coins et recoins du château, et tout ce qu'on peut y faire pour s'amuser, sans se faire prendre bien sûr. Sauf qu'un peu plus tôt dans la journée, j'avais entendu le directeur dire qu'il l'avait attrapée en flagrant délit et l'avait mise en retenue. Vous voulez savoir son délit ? Ah ça, il faudra lui demander.

      AIDEN - Cerys Roxane Dumont ! Ramène tes fesses par là. Mais bordel qu'est ce que t'as foutu ? Je t'ai pas appris à rester discrète ? Même moi à mon époque je me suis pas fait prendre sur ça.


(Ahah, c'est nase xD Mais j'aimerais bien me coucher un jour, donc ça suffira pour un premier post :))
Revenir en haut Aller en bas

⊰ PARCHEMINS : 358
⊰ INSCRIPTION : 14/11/2010
⊰ ÂGE : 24
⊰ CRÉDITS : © pancake(avatar) & © tumblr (signature)
⊰ ÂGE RPG : seize ans
⊰ PSEUDO : bibou
⊰ COMPTE DE GRINGOTTS : 5174


STOP FOR A MINUTE
JUKEBOX:
RELATIONSHIPS:
DOUBLE-COMPTE: /
MessageSujet: Re: « L'élève n'est pas près de dépasser le maître... » ♦ Roxane&Aiden Ven 26 Nov - 8:33


feat. aiden carlyle et roxane dumont

« Le plus dur dans les études, ce n’est pas de pratiquer mais de s’en souvenir. CRD »


« Tss … Alors tu es d’accord ? » Je souris. Mon sourire est tout simplement un mauvais sourire ; celui d’une fouineuse, d’une coquine, d’une petite emmerdeuse. Ma camarade me regarde, et ses lèvres portent le même sourire. Je me demande pourquoi j’ai choisi cette fille… Bref, de toute manière il ne fallait pas que je me retrouve seule dans de telles circonstances. Toujours accompagnée à ce qu’on m’avait enseigné. Et ma camarade s’était juste trouvée là, au bon moment soit le moment où j’avais besoin d’elle. « Bah oui tête de linotte. Je viens de te dire que j’étais partante. T’écoutes vraiment quand on te parle, toi ? Ou c’est un faux semblant ? ». Je feins de ne pas avoir entendu. Mais je ris doucement, exaspérée par ma camarade et surtout par moi même. En faite, depuis quelques jours, j’ai envie de faire une certaine potion, mais qui contient des ingrédients pratiquement introuvables, sauf dans la réserve. Ainsi, mon plan était d’en voler à cet endroit. Sur le coup, j’avais prévu d’user d’un peu de magie pour éviter que le professeur de potions remarque que quelqu’un était passé par ici et qu’il en avait pris en sa possession et pour un usage personnel. « Comme tu es trop intelligente quand même ! Mais aussi carrément folle ! » Je me redresse faisant la fille très fière. « Je sais. Je sais. » On rit ensembles un bon moment. Ca allait être génial. Puis, il y avait peu de chances qu’on se fasse prendre puisque j’avais de très bons tuyaux pour éviter ce genre de problèmes. « Il faudra que tu m’dises un jour comment tu as toutes ces informations. » Je lui fais un clin d’œil. Chérie, les sources ne sont jamais dévoilées.

« Mademoiselle Dumont et sa camarade ! Que faites vous par ici ? » Et merde ! La belle gaffe : on vient de se faire prendre et de surcroit par le directeur. Aiden allait être fier de moi, j’en suis certaine. Pour une première mise en pratique, j’ai vraiment tout bon. Et aussi, j’suis bonne pour me connaître une belle remontrance…. Là j’avais réellement échoué. Pour une fois. Je soupire doucement, déjà triste à l’idée de décevoir celui que je considére comme mon tuteur. Qu’allait-il me dire ? Perdue dans mes pensées, le directeur n’a aucune réponse. « Mademoiselle Dumont ? Pourrais-je avoir une réponse ? » Un sourire impeccable sur son visage. Il a l’air d’être calme. Ne serait-il pas en colère ? Bégayant, je réponds cherchant mes mots. « Je… Euh …. Monsieur, nous sommes désolées. On ne… » Incapable d’aligner un mot. Ma camarade, quant à elle, semble tétanisée par l’apparition du directeur. C’est sûr que pour une première, ça peut choquer une telle apparition. « C’est fort regrettable mais vous m’obligez à vous mettre une retenue … Ainsi qu’à vous, Mademoiselle Gauthier. Deux belles françaises… Quel dommage. »

« Ne pars pas. J’ai encore besoin de ta présence à mes cotés. » Un sourire niché dans un coin de ses lèvres, nos mains entrelacées m’empêchant ainsi de partir pour me rendre à cette fameuse heure de retenue. Pryce. Quelqu’un que je ne pourrais jamais décrire réellement. Un élève avec qui j’ai une assez grande ambigüité que je ne pourrais jamais m’expliquer. Je ne comprends pas tout. Sauf que nos « je t’aime » sont que de simples « je t’aime » d’amitié même si beaucoup d’élèves pensent le contraire. Je lui rends le même sourire, tout en serrant nos mains. « Je suis désolée mais j’dois aller à mon heure de retenue. Puis après, j’ai cours d’histoire de la magie. Je ne peux pas faire autrement que de te laisser. Crois-moi, si je n’avais pas tout ça je resterai avec toi sans aucun souci. » Je lui fais un bisou sur la joue et nos mains se quittent. « A tout à l’heure. Je t’aime. » Un dernier regard. Un dernier sourire puis je le laisse en tête à tête avec sa propre solitude, dans la Grande Salle. Les quelques élèves présents dans la pièce me dévisagent lorsque je passe à coté d’eux. Des rumeurs. Encore des rumeurs. Je suis prête à parier que c’est du genre : « J’suis prêt à parier qu’ils sortent ensembles sans sortir ensembles. Maintenant c’est assez fréquent chez les couples… ». J’aime pas les rumeurs. Je trouve ça complètement inutile et surtout ça peut détruire toute la vie de la personne concernée. Ils ont vraiment que ça à foutre ? Pitoyable. « Comme on se retrouve ; pour deux heures en plus. Je suis vraiment désolée. J’pensais pas qu’on allait se faire prendre. » Je soupire tristement. Ma complice semble avoir mal digéré ce petit malentendu. Elle pensait sincèrement que j’étais invincible ? D’accord, j’aurais du l’être mais j’ai merdé. Voilà tout. On n’est pas parfait sauf lui… Oui Aiden, mon tuteur. Mais seulement dans ce domaine là. Sinon, pour le reste, il faut le voir pour le croire.

« Ouvrez tous vos livres page 77. Non je déconne. Sortez plutôt vos plumes, notez ce qui vous semble intéressant, mais surtout : ouvrez grand vos oreilles, les trolls. Je vais vous raconter l'histoire de la vie. » Le cours d’histoire de la magie, administré par Aiden Carlyle, autre dit, c’est lui ma source pour me faufiler partout sans me faire prendre. Or, là j’me suis faite prise je peux bien vous l’avouer. Et je sais donc – de façon pertinente – qu’à la fin de ce cours Aiden va m’appeler pour que je lui donne quelques explications. « Excuses moi Aiden, j’ai foiré complet. J’sais pas ce qu’il m’a dit. Il me manquait quelque chose. » Non, réponse impossible. Bordel. Ma fierté va en prendre un coup… D’accord, j’en ai très peu. J’suis pas ce genre de filles qui sont fières à tout moment. Bref, le cours va m’paraître long puisque j’vais attendre cette sentence même si j’sais d’un coté qu’Aiden ne me fera rien. Enfin j’espère. « Vous savez ce qu'est le CISM ? » Bien entendu, moi je le sais mais je m’abstiens de le dire. En faite, je l’ai lu dans un des bouquins que j’ai dévoré. Etant curieuse, pour moi, les livres c’est du gâteau. Si vous me cherchez un jour, venez à la biblio j’serais pas très loin de l’entrée. Le temps passe, ma feuille devient de plus en plus noire. J’suis une des meilleures dans cette matière. Et c’est pas à cause du professeur qui est mon tuteur si j’en fais parti.

« Cerys Roxane Dumont ! Ramène tes fesses par là. Mais bordel qu'est ce que t'as foutu ? Je t'ai pas appris à rester discrète ? Même moi à mon époque je me suis pas fait prendre sur ça. » Affaires rangées, j’allais me lever de ma chaise mais je fus retenue par cette voix, celle d’Aiden. Je grimace doucement mais je me retourne pour lui faire face, un sourire en coin – très charmant pour faire passer la pilule. « De quoi tu parles ? Je ne sais même pas de quoi tu parles … Si au moins, tu pouvais m’expliquer ça serait peut être plus facile d’avoir une discussion ensembles, non ? » Je joue. Je fais juste ma maline. La petite peste. Je sais parfaitement de quoi Aiden sous-entend. Comme il sait que je ne suis qu’une sacrée coquine. Je lui souris, m’avançant vers lui.


Spoiler:
 


Dernière édition par C. Roxane Dumont le Mar 4 Jan - 8:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


MessageSujet: Re: « L'élève n'est pas près de dépasser le maître... » ♦ Roxane&Aiden Ven 26 Nov - 9:36

    L'avantage quand on est prof c'est qu'on peut faire absolument tout ce qu'on veut. On peut se balader dans les couloirs de l'école à trois heures du matin sans avoir de compte à rendre. On peut faire une sieste dans une salle vide sans se faire traiter de « Larve d'une fainéantise sans précédent capable de tout pour faire chier le monde qui l'entoure. » par le concierge qui passe par là. On peut aller piquer les affaires des autres profs avoisinant si ça nous chante, sans qu'ils puissent nous mettre en retenue. Et tout ça c'est du vécu d'étudiant. Bref, on peut tout faire, et le seul risque est de limite se faire virer. Mais bon, quand on est aussi aimé que moi à Poudlard, on pourrait tuer un gamin par mégarde qu'on serait toujours là. Comme l'un de mes anciens profs m'a déjà dit quand j'étais moi même à l'école : « Je pourrais monter sur cette table et vous montrez mon cul que je me ferais pas renvoyer ». Je compte tenter la chose un jour. Mais pas en hiver, mon royal postérieur ne le supporterait. Ce matin là, alors que je me baladais dans les couloirs, cherchant une nouvelle connerie à faire, on m'appela au loin.

      DIRECTEUR - Monsieur Carlyle !
      AIDEN - Eh merde, qu'est ce que j'ai encore fait ? (Dit-il pour lui même assez bas pour que nul autre ne puisse l'entendre.) Que puis-je faire pour vous aider monsieur le directeur ?
      DIRECTEUR - Devinez donc qui j'ai trouvé en train d'essayer de voler la réserve de potion un peu plus tôt dans la journée ?
      AIDEN - Ah cette fois c'est pas moi !
      DIRECTEUR - Cette fois ? (Demanda-t-il, intrigué.) Et non, ce n'était pas vous. Mais plutôt l'une de vos élèves de cinquième année, Roxane Dumont.
      AIDEN - Ah celle la... Elle me fait honte. (Dit-il déçu que la jeune femme ne suive pas ses conseils.)
      DIRECTEUR - Je sais bien, je sais bien. Les jeunes de nos jours, plus aucun respect... (Conclue-t-il en continuant sa route, l'air pensif...)


    Plus aucun respect pour leur ainés qui leur enseigne toutes les ficelles du métier de fouteur de merde. Non mais vraiment ! Dans la réserve en plus. L'endroit le plus simple à dévaliser vu que personne n'y fout jamais les pieds à part le professeur de potion quand il se souvient qu'il a vrai boulot dans l'école. Moment de lucidité plutôt rare d'ailleurs. Enfin bref. Je donnais justement cours un peu plus tard dans la journée à la miss Dumont. Elle allait voir qu'on me prend pas pour tuteur si c'est pas pour respecter mes ordres/conseils/toutcebordel. J'avais donc vu les heures défiler jusqu'à ce fameux cours. Avant j'avais eu droit aux premières années complètement paumés sur ce qui concerne l'histoire de la magie. Les seuls avantages qu'on peut trouver à leur enseigner quelque chose c'est que d'un, ils sont choux ces gosses, et de deux, ils ne savent pas que normalement c'est pourri l'histoire de la magie, alors je n'ai pas droit à des phrases stéréotypées du style « Mais on s'en fiche de l'histoire, c'est du passé ». Wahou. Perspicace le gamin. Il en faudrait plus des comme ça. Mais à force j'en ai marre de répondre « Et tu t'en tamponnes le coquillard de savoir comment on en est arrivé à vivre dans un monde comme celui ci ? Tu crois que paf le monde s'est crée et il y avait Poudlard, le ministère de la magie, les sorciers cachés aux moldus, etc ? ». Maintenant, avec les nouveaux arrivants j'ai plutôt droit à des « On va apprendre quoi avec vous ? » - « Comment le monde s'est crée. » - « Waaah ! » plein d'admiration. Ah je les aime ces gosses moi.

    Mais les cinquièmes années, eux, sont différents. Même s'ils m'ont déjà eu un an l'année passée et savent qui je suis et comment j'enseigne, ils en restent pas moins légèrement cons. Ils ne sont pas méchants, mais cherchent toujours le besoin de se rendre intéressant et de dire n'importe quoi lorsqu'ils estiment que leur réplique pourra faire rire quelqu'un. Mais ils rient de ta stupidité garçon ! T'es pas drôle sinon. Mais il y a quelques élèves intéressants. À vrai dire, ils le sont pour la plupart. Surtout les filles, allez savoir pourquoi... Surtout ma chère Roxane. En parlant d'elle, elle allait en prendre pour son grade. Maintenant que le cours se terminait et que j'avais expliqué la vie à ces jeunes gens, je l'appelais pour avoir quelques explications sur la révélation que m'avait fait le directeur quelques heures auparavant.

      ROXANE - De quoi tu parles ? Je ne sais même pas de quoi tu parles … Si au moins, tu pouvais m’expliquer ça serait peut être plus facile d’avoir une discussion ensembles, non ?
      AIDEN - Arrête s'il te plait me prend pas pour plus con que je ne suis. Le directeur m'a expliqué qu'il t'avait prise la main dans le pot de confiture.


    Je me souvenue alors de la première fois que je me m'étais fait prendre dans mes années Poudlard. J'avais essayé de voler le Choixpeau... Ne jamais essayer de voler un truc qui sait hurler quand on le prend sans y être autoriser. Jamais. J'avais eu droit pour punition de répertorier TOUS les livres de la bibliothèque – sauf ceux de la réserve, évidemment. Le tout, sans usage de la magie. Ils n'avaient juste pas précisé à l'époque que je n'avais pas le droit de soudoyer certains de mes camarades pour m'aider, et que eux, pourraient utiliser la magie... J'étais déjà loin d'être con en première année quand même.

      AIDEN - Et d'abord, qu'est ce que tu foutais à vouloir prendre des potions ? Tu voulais en faire quoi ?


    Ce n'était pas tant une réprimande, mais plutôt une question pour voir si elle avait vraiment de l'avenir dans les conneries. En fonction de la potion qu'elle désirait réaliser, j'allais pouvoir me faire une idée de son niveau d'imagination. Alors, plutôt polynectar ou potion de ratatinage ? Je me souviens avoir, à mon époque, volé des potions pour créer un filtre d'amour. J'avais pas des problèmes pour draguer, loin de là, mais je voulais qu'une de mes profs m'apprécient plus. Mauvaise idée. Très, très, mauvaise idée. Elle me harcelait jour et nuit pour qu'on se marie, voulait avoir des enfants avec moi, etc etc. J'avais du mal doser quand j'avais versé le philtre dans son jus de citrouille. L'école ne savait pas que c'était à cause de la magie, donc la prof avait failli être renvoyé. Heureusement, les effets ont fini par se dissiper et tout est rentré dans l'ordre. Ou presque. Par honte de son attitude, elle a démissionné. Je n'ai jamais avoué la vérité. Il faudrait peut être que je le fasse un jour. Après tout, je suis intouchable maintenant. Je vous rappelle l'histoire du cul sur le bureau ?
Revenir en haut Aller en bas

⊰ PARCHEMINS : 358
⊰ INSCRIPTION : 14/11/2010
⊰ ÂGE : 24
⊰ CRÉDITS : © pancake(avatar) & © tumblr (signature)
⊰ ÂGE RPG : seize ans
⊰ PSEUDO : bibou
⊰ COMPTE DE GRINGOTTS : 5174


STOP FOR A MINUTE
JUKEBOX:
RELATIONSHIPS:
DOUBLE-COMPTE: /
MessageSujet: Re: « L'élève n'est pas près de dépasser le maître... » ♦ Roxane&Aiden Ven 26 Nov - 11:22

« Le plus dur dans les études, ce n’est pas de pratiquer mais de s’en souvenir. CRD »

« On sait où te trouver, Roxane… » Une voix féminine. Une voix légèrement amusée. Je remontais alors la tête pour voir qui m’avait adressé la parole. Je vis alors une beauxbatonienne, avec un sourire aux lèvres. Je ne savais pas exactement son prénom mais je n’ignorais pas qu’elle était en cinquième année comme moi. Je lui rendis son sourire, moi aussi amusée par la situation : il était vrai que lorsque j’étais introuvable, il fallait prendre la direction de la bibliothèque. Là, vous avez une chance de me trouver, il faut bien l’avouer. « Je dirais plutôt que tu sais où elle est la bibliothèque. » Une phrase qui ne voulait rien dire, je peux bien vous l’admettre. Du moins, une réponse surprenante. Car, d'après ma camarade de même maison et année, c'était une réponse à laquelle elle ne s'attendait pas. C’est vrai, quelques fois, il m’arrive de sortir des phrases ayant ni queue, ni tête mais j’aime bien. J’aime ça car ça fait chier tout le monde. Je sais, j’suis une petite emmerdeuse, je le reconnais bien. « Et pourquoi es-tu encore à la bibliothèque ? » Pour ma part, c’était une question bête et qui ne valait aucune réponse de ma part. C’était tellement évident… « Je cherche un livre. Livre de potions. » Je feuilletais à ce moment là un gros bouquin concernant un tas de potions. En faite, j’en cherchais une. Ou plusieurs. Bref, le tout pour dire que j’avais une immense envie de créer une potion par mes propres moyens pour faire chier le monde. Surtout pour faire chier le monde, car entre nous, faire une potion ça me connaît assez. « Tu mijotes une mauvaise blague toi, non ? ». Je relevai soudainement mon regard des pages que je lisais, et je souris largement. Toutefois, ce sourire possédait de mauvais reflets … Celui de la connerie en autre. « Non, non. Rien du tout. Pour le moment. » Mi mensonge, mi vérité. Est ce possible venant de moi ? Bien évidemment. Je n’avais pas encore trouvé ma ou mes potions, ni ma connerie concrètement donc, mon plan allait devoir certainement attendre. Mais ma camarade semblait ne pas être dupe et se mit à rire doucement. Puis elle ne pencha vers moi et en murmurant elle me répondit : « Ne me prends pas pour une débile Roxane. J’sais ce que tu fais. Enfin, j’ai ma petite idée…. Bref, je te laisse. Je vais dehors. ». Cette discussion, c’était il y avait quelques semaines. A présent, je sais quelle potion j’allais faire – surtout quelle potion j’allais concocter étant donner que ça allait un mélange – et surtout la connerie que j’allais entreprendre de faire. Malheureusement, j’avais échoué dans ma quête d’ingrédients. Comment fais-je faire pour avoir ces yeux de poissons fumeur, ces sangsues et ces racines de marguerites ?

« Arrête s'il te plait me prend pas pour plus con que je ne suis. Le directeur m'a expliqué qu'il t'avait prise la main dans le pot de confiture. » Je souris, amusée. Il est vrai qu’il est difficile de duper un prof qui avait été élève avant vous et de surcroit, qu’il a fait toutes les conneries inimaginables et infaisables. Alors, bonjour si un jour vous avez décidé de le narguer ou de l’embobiner tout simplement. Pour moi, c’est assez difficile voire carrément impossible. Puis, entre nous, avoir son tuteur à l’école exerçant le métier de professeur dans le même collège, ca n’arrange pas les choses : à peine vous avez fait un pet de travers que tout le personnel le sait – professeur, concierge, directeur. La prochaine fois, il faudra vraiment que je me fasse encore plus discrète. Sinon, d’un je ne serais pas contente de moi et de deux, ma gaffe fera une fois de plus le tour du personnel – à ce moment là je serais certainement radarisée. « Je ne …. Bon d’accord, c’est vrai. Mais tu ne m’aides pas. Toi, professeur de l’histoire de la magie… Ca n’arrange pas les choses. » Je ris doucement, et pose mes affaires sur la table la plus proche. Connaissant Aiden, cette discussion ne se finira pas au bout de dix minutes, mais plutôt le triple. Puis, je me cale à cette table, histoire d’être confortablement installée. Aussi, connaissant Aiden, je sais un peu qu’il se tournera plus sur ce que je voulais faire comme connerie, et non sur une remontrance des plus sévères. Etant un ancien fouteur de merde, il se fiche bien si je fais des conneries ou non. « Et d'abord, qu'est ce que tu foutais à vouloir prendre des potions ? Tu voulais en faire quoi ? » Tenez, voici la preuve. Je ris derechef et je le regarde un instant. Finalement, Aiden est bien curieux. Puis, je sais qu’il cherche à savoir quel est mon degré de connerie et d’imagination. J’ai hâte de voir sa réaction, lorsque je vais lui dire ce fameux projet. Il en sera tout étonné… Voire même admiratif. S’il m’apprend toutes les astuces pour éviter de se faire prendre, ce n’est pas pour rien. Pas bête la petite Beauxbatonienne. Un sourire malin, je pris la parole afin de tout lui expliquer. « J’avais prévu de faire une sorte de mélange entre deux potions. Entre nous, tu sais très qu’étant excellente dans cette matière, ce n’est pas de créer une simple potion, ni d’en voler une dans la réserve mais tout simplement de rendre difficile les choses. Alors j’ai voulu faire un mélange. Potion d’Enflure et Potion de ratatinage ensembles. Bon mélange n’est ce pas ? Avoues que j’ai de très bonne idée. » Je lui lance un sourire narquois, et tout aussi coquin qu’amusé. Puis, sans laisser le temps à mon tuteur de prendre la parole, je finis mes explications. « Cependant, pour ces deux mélanges, il me fallait deux trois ingrédients que je pouvais trouver dans la Réserve. Ah mais j’oubliais… C’était destiné à la prof de botanique. Cette femme m’exaspère donc je voulais rendre ses cours un peu plus distrayants… Rien qu’un instant. » Enfin, je rajoute plus pour moi même que pour celui qui m’avait écouté attentivement « Il fallait juste rajouter cet ingrédient …. ». Explications finies, j’observe et surtout j'attends la réaction que mon tuteur va avoir dans quelques secondes. Je suis certaine que mon idée va lui plaire, et qu’il sera fier d’avoir une « fille » comme moi. Aussi créative qu’intelligente. Aussi fouteuse de merde que lui. Attendant sa réaction, certaines pensées m’envahissent.

« Alors aujourd’hui on va créer un philtre d’amour. » Cours de potion d’hier. Le professeur Ainsworth nous avait demandé de faire un philtre d’amour, potion que j’avais créé à de nombreuses reprises… Pour maintes occasions notamment. Alors je la connaissais par cœur, et il me fallut qu’une vingtaine de minutes pour la finir – les autres n’en étaient qu’à la moitié. Estomaqué, le professeur de potion n’en était pas revenu – c’était devenu une habitude finalement. « Mademoiselle Dumont, déjà finie ? » J'avais hoché la tête, ravie de mon travail. Ma potion avait été une réussite. Pas la peine d'avoir l’avis du compétent car moi même, j’excellais dans ce domaine là. Observant ma mixture, le professeur Ainsworth avait approuvé de plus en plus mon chef d’œuvre. Rien à rajouter. Mon philtre d’amour avait été parfait. Il ne manquait plus qu'un cobaye … Et pourquoi pas ce cher professeur ? A s'en remémorer le souvenir, j'étais même en train d’y penser lorsque j’avais remarqué le visage de Tristan assez proche de mon chaudron. Une envie folle dans chacun de mes membres « Cinquante points pour Beauxbatons… ».


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


MessageSujet: Re: « L'élève n'est pas près de dépasser le maître... » ♦ Roxane&Aiden Mar 30 Nov - 8:31

    Il y a des gens qu'on rencontre et qui nous change la vie. Et à vrai dire, certains le font sans qu'on ait besoin de les rencontrer en fait. Il suffit de savoir qu'ils existent. Et c'est ça la vraie magie de la vie. Moi, par exemple, j'étais un enfant hors du commun. J'étais respectueux, j'étais d'une politesse sans précédent, je rendais toute ma famille extrêmement fière, en bref, je ne faisais pas un pet de travers. Ce n'était pas pour me faire bien voir par les autres, j'essayais juste de rendre fier le père que je pensais avoir mais que je n'avais jamais rencontré. On m'avait dit que c'était un grand sorcier trop important pour que je sache qui il était et que j'étais son fils. Je faisais donc tout pour que cet homme que je ne connaissais pas soit heureux de m'avoir pour fils. Jusqu'au jour, bien sûr, où j'ai découvert que ce n'était qu'un ramassis de conneries et qu'en fait j'avais un moldu pour père. Chienne de vie. Tout ce travail sur moi même pour un simple moldu. J'ai honte. C'est pour ça que pour me venger je suis devenu le fouteur de merde que tout le monde connait et qui m'a valu cette réputation à travers le monde des sorciers. Bon, j'avoue que pour tous les sorciers, je suis plutôt « L'auteur a succès, Aiden L. Carlyle, aussi sexy que talentueux ». Mh, j'aime ma vie d'un coup. Le chieur c'est plutôt pour toutes les personnes qui m'ont côtoyé à Poudlard. Soit... quand même pas mal de peuple. Et forcément, comme une légende telle que moi n'est jamais oubliée, même les nouveaux élèves ont entendu parler de mes exploits. Je vous raconte pas la gueule des cours parfois. En fait si, je vais vous la raconter.

      ELEVE - Professeur Carlyle ?
      AIDEN - Paye ton coup de vieux d'un coup... (Dit-il tout bas, pour lui même, sur un ton exaspéré.) Oui, qu'y a-t-il ?
      ELEVE - C'est bien vous qui aviez crée un orage dans la salle de divination et fait croire à la prof que c'était un signe de l'arrivée de l'apocalypse ?
      AIDEN - Euh... peut être.
      ELEVE - Et c'est bien vous qui aviez recouvert le tableau de la Grosse Dame de Gryffondor par une image disons... peu orthodoxe ?
      AIDEN - Ah ! (Il se retenait de rire de ses exploits, mais là c'était un de ses meilleurs coups, c'était difficile de le cacher). J'aurais pas osé...
      ELEVE - Mais surtout... c'est vrai qu'une prof a démissionné parce que vous refusiez ses avances ?
      AIDEN - Mais où est ce que vous avez bien pu entendre tout ça ?


    Sans rire, mes actes sont restés dans les annales, mais nombre d'entre eux n'ont jamais été découvert, mais surtout, nombre d'entre eux ne m'ont jamais été accrédité. Comment les élèves pouvaient être au courant de toutes ces choses ? Surtout de l'histoire de la prof qui a démissionné. J'avais du mal à comprendre. Ce qui était assez marrant en fait, c'est que même si je n'avouais rien, tout le monde savait que c'était bien moi. Et c'est ce qui provoquait des débats à tous mes cours, avec toutes les années, et toutes les maisons. « Mais comment ça se fait qu'il ait jamais été viré et qu'il soit prof aujourd'hui ici ? ». Alors ça... J'avais beau avoir des Optimal dans toutes les matières, j'ai du mal à croire que ça ait suffit à ce que je puisse avoir toutes mes années à Poudlard. Je cherche encore pourquoi. Peut être qu'un jour je le saurai. En attendant, je continuais d'apprendre des choses à la nouvelle génération de sorcier. Des choses intéressantes sur la naissance de notre monde et de son évolution, et des choses plus... funs, comme comment créer l'apocalypse quoi. Mais bien sûr, il faut être très privilégier pour avoir droit à ces cours très spéciaux sur l'Art de marquer les esprits pour des générations. Ces « cours » étaient d'ailleurs tellement spéciaux, que dès que j'entendais les erreurs de mes élèves si atypiques, cela me mettait hors de moi et/ou me décevait. C'était le cas aujourd'hui, bien entendu.

      ROXANE - Je ne …. Bon d’accord, c’est vrai. Mais tu ne m’aides pas. Toi, professeur de l’histoire de la magie… Ca n’arrange pas les choses.
      AIDEN - Et d'abord, qu'est ce que tu foutais à vouloir prendre des potions ? Tu voulais en faire quoi ?
      ROXANE - J’avais prévu de faire une sorte de mélange entre deux potions. Entre nous, tu sais très qu’étant excellente dans cette matière, ce n’est pas de créer une simple potion, ni d’en voler une dans la réserve mais tout simplement de rendre difficile les choses. Alors j’ai voulu faire un mélange. Potion d’Enflure et Potion de ratatinage ensembles. Bon mélange n’est ce pas ? Avoues que j’ai de très bonne idée. (Elle reprit presque aussitôt, sans laisser le temps à son interlocuteur de reprendre). Cependant, pour ces deux mélanges, il me fallait deux trois ingrédients que je pouvais trouver dans la Réserve. Ah mais j’oubliais… C’était destiné à la prof de botanique. Cette femme m’exaspère donc je voulais rendre ses cours un peu plus distrayants… Rien qu’un instant. (Elle conclue enfin :) Il fallait juste rajouter cet ingrédient …
      AIDEN - C'est bon ? Je peux en placer une ou pas ? Ok, l'idée est bonne. Mais merde quoi, fais gaffe à tes fesses. Et au pire, si t'es pas sûre à 200% de ton plan, demande moi espèce de povrebine. Je te rappelle que je fais ce que je veux dans le château MOI. (Avait-il dit en insistant sur le dernier mot). T'as besoin d'un ingrédient dans la réserve ? Hop je le carotte ni vu, ni connu, et tu fais ce que tu veux de ta prof qui t'exaspère. Prends pas des risques débiles pour te retrouver marron.


    Il est vrai qu'à mon époque, je m'étais débrouillé seul. Mais si j'avais eu une aide dans le corps enseignant de Poudlard, comme ma vie aurait été plus simple et comme j'aurais moins eu à répertorier tous les livres de la bibliothèque. Sérieusement, j'ai eu à faire ça une bonne dizaine de fois sur toutes mes années à l'école. Le directeur était vraiment à cours d'idée pour me démotiver dans mes actions. J'ai même eu droit parfois à répertorier tous les arbres, plantes, cailloux, etc, de la forêt interdite. Bien sûr, je ne l'ai jamais fait. Faut pas pousser mémé dans les orties non plus. C'est pour ça que je voulais éviter à tout prix à Roxane de se faire prendre et de se retrouver forcer à faire ce genre de boulot ingrat. Heureusement pour elle, elle n'avait pas été prise pour une grosse connerie. Mais si elle continue de faire n'importe quoi, malgré ses très bonnes idées, elle aussi devra faire un tour dans la forêt ou la bibliothèque. Et je vous assure, c'est loin d'être drôle. Même si à force, je me suis crée des amis auprès des résidents méconnus de la forêt. Mais ceci est une autre histoire.
Revenir en haut Aller en bas

⊰ PARCHEMINS : 358
⊰ INSCRIPTION : 14/11/2010
⊰ ÂGE : 24
⊰ CRÉDITS : © pancake(avatar) & © tumblr (signature)
⊰ ÂGE RPG : seize ans
⊰ PSEUDO : bibou
⊰ COMPTE DE GRINGOTTS : 5174


STOP FOR A MINUTE
JUKEBOX:
RELATIONSHIPS:
DOUBLE-COMPTE: /
MessageSujet: Re: « L'élève n'est pas près de dépasser le maître... » ♦ Roxane&Aiden Sam 4 Déc - 8:34

« Le plus dur dans les études, ce n’est pas de pratiquer mais de s’en souvenir. CRD »
« C'est bon ? Je peux en placer une ou pas ? Ok, l'idée est bonne. Mais merde quoi, fais gaffe à tes fesses. Et au pire, si t'es pas sûre à 200% de ton plan, demande moi espèce de povrebine. Je te rappelle que je fais ce que je veux dans le château MOI. T'as besoin d'un ingrédient dans la réserve ? Hop je le carotte ni vu, ni connu, et tu fais ce que tu veux de ta prof qui t'exaspère. Prends pas des risques débiles pour te retrouver marron. » Espèce de provrebine ? Qu’est ce que cela voulait signifier ? J’ignore carrément ce terme d’où mon air ahuri. Je devais avoir une drôle de tête… A faire rire tout le monde. Bref, sans ou avec le mot povrebine, j’avais pigé le reste du discours de mon tuteur : Aiden avait raison. Aiden avait vu juste. Je ne suis qu’une pauvre idiote. Pourquoi je ne lui avais pas demandé ? Ca aurait été beaucoup plus simple pour moi. Lui autant fouteur de merde, il aurait réussi à voler dans la Réserve sans aucun problème. Pourquoi ne suis-je pas aussi forte que lui ? D’accord, c’est le début de mon apprentissage donc j’ai une excuse. Cependant, pourquoi je ne progresse pas ? Je soupire doucement, doublement déçue : par moi-même et d’avoir déçu Aiden. Pour ça, j’étais mauvaise. Enfin, ce n’est qu’une impression. D’une petite voix, les yeux baissés, je réponds à Aiden : « J’aurais du mais je ne l’ai pas fais. Ne me demandes pas pourquoi car je te répondrais que je ne sais pas. Franchement, je me trouve idiote. J’aurais du te le demander pour éviter de me casser la tête ! ». Je soupire derechef. Vraiment, mais pourquoi je n’y avais pas pensé ? Et que faire à présent ? Je n’avais aucun ingrédient donc je ne pouvais faire aucune potion pour l’instant. Sachant que j’ai cours de botanique demain, mon plan venait de tomber à l’eau – carrément coulé. Je regarde Aiden et je repris la parole, légèrement triste en haussant les épaules. « Ca m’énerve car demain, j’ai cours de botanique et aucune potion. J’ai vraiment tout foiré je trouve. Vraiment nulle la fille… » Je sais mon plus grand défaut c’est mon manque de confiance en moi. Mais j’y peux rien. C’est ainsi. Même si je parais comme étant une bonne voire excellente élève, au fond de moi, je suis toujours à me poser des tas de questions et à douter de moi. La preuve, cette discussion. Elle n’aurait jamais du exister. J’aurais du réussir mon premier coup foireux. Bien qu’Aiden soit indulgent, moi je ne le suis pas avec moi même. J’ai pas aimé me faire prendre. Un point c’est tout. Les échecs, je ne connais pas.

« Bienvenue mes chers élèves de cinquième année dans mon cours qui est, je vous l’accorde, le plus ennuyeux (…) » Première rencontre avec Aiden L. Carlyle. Celle ci m’avait de suite plu. Mais je ne saurais vous l’expliquer exactement, et surtout par des mots car c’est tout simplement impossible. En quelques termes, Aiden m’avait rapidement plu. Son état d’esprit, sa manière de faire… En aucun cas, j’étais sous le charme – même si j’avoue qu’il a un véritable charme. Ainsi, son discours de bienvenue avait été un des meilleurs que je n’avais jamais écouté. Pour une première approche avec les élèves – souvent des cas sociaux surtout quand il s’agissait de cours ennuyeux – Aiden s’était tout simplement gavé. Je me souviens qu’après les deux heures de cours, certains élèves étaient sortis de la salle en répétant sans cesse : « Waouh ! Quel professeur ! » ou bien « Cela faisait longtemps qu’on n’avait pas eu un prof comme Aiden, à Poudlard. Le directeur fait des efforts… » Moi j’étais sortie, souriante, ravie d’avoir un professeur autant extraverti et différent pour étudier l’Histoire de la Magie. J’étais certaine que je n’allais pas m’ennuyer pendant ces heures là. Aiden, j’en avais la certitude, allait tout faire pour rendre son cours distrayant. Du moins, pas ordinaire. Cependant, à peine j’avais franchi la porte de sa salle, que j’entendis à nouveau sa voix. « Mademoiselle Dumont ? » Cependant, il s’était adressé à moi. Avant de me retourner, j’avais écarquillé les yeux et même, j’avais arrêté tout mouvement tant que la surprise m’avait envahi. « C’est bien toi n’est ce pas ? Mes yeux ne me jouent pas des tours, si ? »Puisque je n’avais plus bougé depuis ses premières paroles, il avait eu pendant un court instant une hésitation. Toutefois, il ne s’était pas trompé… Alors, je m’étais retournée tout en hochant la tête, un sourire timide fixé sur mon visage français. Mais pourquoi voulait-il me parler en tête à tête ? Bon, j’avoue, à ce moment là, j’étais légèrement angoissée car j’avais croisé son regard posé sur moi à plusieurs reprises pendant les deux dernières heures. « Vous voulez me parler ? » Question stupide, je vous l’accorde. Mais que dire devant un professeur qui souhaite vous parler dès le premier cours ?

Un miaulement vient me tirer de mes songes. De nature rêveuse et pensive, il m’arrive souvent de partir loin, pendant un petit moment. Des fois, je peux paraître étrange que cela devient frustrant pour les autres. J’espère qu’Aiden ne m’a pas adressé la parole. J’observe son visage : aucun signe signifiant qu’il m’a parlé. Je lui souris doucement. Il doit savoir mon comportement … Il doit à présent me connaître, comme si j’étais sa propre fille. Entre nous, je suis un personnage facile à cerner. Lorsque vous remarquez que je vous parle plus, c’est que je suis partie ailleurs pendant quelques minutes. Bref, un second miaulement se fait retentir. N’est ce pas Dai ? Je baisse mon regard : mon chat roux ne cessait de tournoyer entre mes jambes. Mais que veut-il ? Manger ? « Va chercher quelques souris … Sois autant fouineur que celui qui t’a pris… » Je souris doucement. Dai semble m’avoir comprise. Cependant, il a l’air vexé : il vient de s’asseoir sur le carrelage, en me tournant le dos. Je ris doucement en lui lançant amusé : « Tu es autant susceptible que ta maitresse toi… » Enfin, je repose mon attention sur mon tuteur, qui depuis le début regardait la scène silencieusement. « Je te présente Dai … Je pense que tu sais qui s’est. » Non, je ne le prends pas pour un idiot… Juste j’aime le taquiner. Je lui souris largement puis rajoute « T’aurais du me prendre un chaton moins susceptible car entre nous, tu vas mourir si on est deux à être autant susceptible. » Petit clin d’œil puis un rire cristallin s’échappe de ma bouche. « Finalement, je suis dans la merde. » Constat. Retournement de situation. J’étais en train de parler de Dai mais je venais de revenir à ma connerie. En faite, je suis tout simplement déçue d’avoir échouée. Demain, mes camarades de classe ne pourront pas rigoler. Quant à moi, je ne pouvais pas inaugurer mes expériences concernant la création de potions et surtout leur mélange. Je soupire doucement. Avec un ton assez fataliste, j’ajoute quelques mots à mon constat que je venais de faire. « Tanpis j’attendrais … »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: « L'élève n'est pas près de dépasser le maître... » ♦ Roxane&Aiden

Revenir en haut Aller en bas

« L'élève n'est pas près de dépasser le maître... » ♦ Roxane&Aiden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SONORUS. :: 
IT'S THE END OF AN ERA
 :: The pensieve :: saison un :: rps
-