AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

SYRIUS&MAÏA ✖ End of the line

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

⊰ PARCHEMINS : 313
⊰ INSCRIPTION : 07/11/2010
⊰ CRÉDITS : Avatar : © psychozee. | Signature : © bazzart
⊰ ÂGE RPG : 17 ans
⊰ PSEUDO : Kiki.
⊰ COMPTE DE GRINGOTTS : 4645

MessageSujet: SYRIUS&MAÏA ✖ End of the line Jeu 2 Juin - 3:39



Dimanche matin, Poudlard s'éveille Les rayons du soleil filtre à travers les rideaux, venant caresser la peau dénudée de la jeune américaine. Couchée en travers de son lit, ses draps laissent apparaître ses sous vêtements. On devine son visage sous sa chevelure blonde. Elle soupire, elle s'étire, elle émerge, elle sort doucement de ses rêves. Un grognement s'échappe de ses lèvres, elle lutte contre les tambours qui résonnent dans sa tête. Les yeux cernés de noirs, elle empeste l'alcool et la cigarette. Ses paupières papillonnent, elle commence à se faire à la lueur du jour qui, jusque là, agressait ses pauvres yeux. Elle rejette les drap, se soustrayant à son lit. Ses pieds contre le sol, elle cogne une bouteille vide qui roule sous son lit. Hm. La tête en vrac, la gueule de bois, elle avance, elle zigzague, la main passe dans ses cheveux, rejetant la crinière blonde en arrière. Ses mains se soulèvent jusqu'à ses tempes qu'elle masse, tentant de faire disparaître la douleur de son crane. Elle s'aventure auprès du miroir pour contempler l'ampleur des dégouts. Une moue s'empare de ses traits alors que l'épave apparaît, les traits tirées, les yeux explosés, les cheveux en bataille. Elle soupire lasse, la main vient s'échouer contre sa taille, nue, elle prend la pause devant son miroir, admirant son œuvre, ses déboires et la débauches dans laquelle elle s'est plongée. Elle est excessive, elle le sait et elle l'assume. perchée sur ses longues jambes, elle tourne son regard vers la fenêtre. Elle s'en approche, elle ne tient pas trop droit, elle traine les pieds. Elle tire les rideaux, laissant le soleil pénétrer dans la pièce et l'aveugler durant quelques secondes. Pour une fois, il ne faisais pas un temps à trainer à l'intérieur. Du soleil. Il n'en fallait pas plus pour égailler la journée de la poupée blonde qui se trouvait en face d'une fenêtre au deuxième étage, en petite tenue, sans éprouver la moindre gène. Elle fit basculer sa tête en avant, sur le côté droit, à arrière et finalement à droite, étirant ses muscles encore endolori. Elle s'étira ensuite, féline et sensuelle, elle scrutait l'extérieur en laissant échapper un bâillement qui révélait plus du gémissement. Le dortoir est vide depuis longtemps, il faut dire qu'elle est la seule a trainé au lit en ce dimanche matin. Revenant vers son lit, elle s'empare de sa baguette pour diffuser de la musique dans les lieux.

Un petit détour par la salle de bain, la poupée en ressort avec les cheveux encore légère humide. Serviette autour de son corps, elle se déhanche, son corps se remémorant les danses de la nuit dernière, sans pour autant se souvenir des personnes qui l'accompagnaient. Au fond, elle s'en fout, elle sait qu'elle n'a rien à se reprocher. Ses mains s'animent, tressant ses cheveux avant de venir déposer un bijou de tête contre son front. Quelques mèche rebelles s'évadent, rajoutant la touche qui manquait à sa coiffure. Une touche de noir sous ses yeux, elle ne prend pas la peine de se maquiller plus, s'emparant d'une paire de lunette appartenant à Bonnie pour les glisser sur son nez. Elle s'empare ensuite des premiers vêtements qu'elle trouve qui se trouve être un short en jeans court. Quant au t-shirt, rien ne semble lui plaire, les blouses volent à travers la pièce. Désespérée, elle quitte le dortoir des filles, toujours vêtue de sa serviette de bain, et s'en va à la quête d'un t-shirt dans le dortoir de son frère. Elle se souvient en avoir vu un qui lui plaisait particulièrement et que Lewis ne semblait mettre que quand il était à court de lessive. Après des fouilles presque archéologique, la détestable sœur qu'elle peut-être trouve son bonheur et emporte son butin dans ses appartement où elle l'arrangera à sa sauce, munie d'une paire de ciseau. Elle élargie l'encolure de sorte que le tissus ne retombe sur son bras et laisse entrevoir son épaule. Elle s'empare de ses bottes et les enfile tout en amusant, l'obligeant à exécuté de petit saut sur place. Passage par le miroir obligatoire, elle vérifie le résultat et plutôt satisfaite, s'empare d'une bouteille planqué dans sa malle pour en boire une gorgée. Il faut combattre le mal par le mal, que voulez-vous?

La sulfureuse blonde s'élançait dans les couloirs frais du château, rêvant déjà de rejoindre l'extérieur et de s'y prélasser toute au long de la journée. Elle ne voulait penser à rien, simplement se doré le corps au soleil en fumant quelques clopes et laisser son cerveau guérir des dommages qu'il avait encouru la veille. Nonchalante, gracieuse et pleine d'assurance, rien ne semblait pouvoir l'atteindre. Cohnaan était toujours là, omniprésent dans ses pensées, mais elle le chassait, ne voulant pas s'en tracasser d'en l’immédiat, il serait toujours temps de le faire d'ici un moi quand l'échéance tomberait et qu'il devrait rendre son verdict. Le demoiselle rejoint le parc et prend presque aussitôt la direction du lac au bord duquel, elle s'allonge. Couchée dans l'herbe, la demoiselle Callahan savoure la merveilleuse journée qui s'annonce à elle e portant une cigarette à ses lippes. Elle est alors loin de se douter que la silhouette qui s'approche dangereusement d'elle n'augure rien de bon, bien au contraire, elle serait porteuse de mauvaise nouvelle ou du moins, elle appellerait à se remémorer des souvenirs qui risquent de ternir son humeur.

_________________


U.C.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▲ SYSSY L’IMPÉRATRICE jette des diadèmes empoisonnés.

⊰ PARCHEMINS : 572
⊰ INSCRIPTION : 10/10/2010
⊰ ÂGE : 21
⊰ CRÉDITS : class whore/tumblr.
⊰ ÂGE RPG : Seize ans.
⊰ PSEUDO : winged syrius.
⊰ COMPTE DE GRINGOTTS : 5354


STOP FOR A MINUTE
JUKEBOX:
RELATIONSHIPS:
DOUBLE-COMPTE: Cohnaan C. Callahan
MessageSujet: Re: SYRIUS&MAÏA ✖ End of the line Ven 10 Juin - 10:52


Un sourire sur les lèvres. Encore et encore. Il semblait y rester figé, à longueur de journée. Mais ça me faisait me sentir vivant, ça me permettait d’exister pour quelque chose, de vivre pour un but. Rire. Et croyez moi, j'en avais une belle raison cette fois...

Tout avait commencé totalement au hasard, avec un carnet. Un simple et banal petit carnet, ramassé à proximité des toilettes des filles, il y a quelques jours de ça. Sauf que ce livre, au final, n'était pas si anodin. Il était loin de l'être. Il était grandement semblable à un journal intime, qui se rapprochait plus d'un livre répertoriant des conquêtes qu'autre chose. Au départ, je pensais ne pas en tirer grand chose, jusqu'à ce que je remarque que ce carnet était... imagé. Si, si, j'vous jure. Une jeune fille de Poudlard, ou autre d'ailleurs, avait perdu un satané carnet comportant le nom de toute ses conquêtes, agrémenté d'une photo. ET AVEC UNE DESCRIPTION. Enfin, merde quoi, qui est assez stupide pour laisser traîner un carnet comme ça, racontant absolument tout sur sa vie sexuelle? J'en riais encore. Après cette fameuse découverte, je pris quelques heures pour feuilleter ce fameux carnet. Et, sincèrement, des garçons, il y en avait des tas. J'en connaissais la plupart d'ailleurs. Mais une seule question était restée dans ma tête depuis le début. Qui était donc cette mystérieuse fille? Cela me tuait de ne pas être au courant de ce petit détail, alors que j'étais pourtant informé de ses plus noirs secrets... Surtout que... « OH P*TAIN! LE PROF' DE BOTANIQUE?! » Mes yeux étaient ouverts, tels des soucoupes, et tous les regards se tournaient vers moi, sans que je ressente la moindre gêne. Quelques filles gloussèrent au fond de la salle, tandis que je ne pouvais détourner mes yeux de ce fichus carnet, dans lequel mon bien aimé professeur de Botanique, Mr Callahan, était inscrit. Photo. Description. TOUT. C'était à gerber... « Un problème Mister Slyback?! » demanda alors une voix familière. C'était Callahan, depuis son bureau. Ah, je devais avoir oublié que j'étais en cours de botanique, justement. Mais merde, qui étais cette fille?! Une mythomane? Ou quelqu'un ayant réellement couché avec son prof'? Cette histoire m'intriguait... Et, curieux comme je l'étais, je n'aurais pas trouvé de repos tant que je ne connaîtrais pas cette mystérieuse fille. « Ah. Euh. Non, rien. » répondis-je, après une très nette hésitation, un sourire immense sur mes lèvres. Il me regarda comme si j'étais un abruti complet -ce que j'étais-, et détourna le regard, exaspéré. Tssss. « Pédophile. » grognais-je entre mes dents, récoltant un regard effaré de la jeune Serdaigle assise à côté de moi.

Ne pas savoir me tuais. Surtout si cette histoire impliquait un professeur. Au final, peut-être était-ce un garçon?! AAAAH. Notre professeur de botanique était donc gay? ÇA, ça aurait été le scoop de l'année, THE potin. Mais, cependant, mes soupçons étaient infondés. D'autant que les descriptions laissaient vraiment penser à l'écriture d'une fille. Mais qui? Telle était la question. Ce petit carnet, je le gardais précieusement sur moi, n'en parlant à personne, même pas à Galadriel. Et je suis censé ne rien lui cacher, à ce jeune lamas Gryffondor. Mais c'était plus fort que moi. C'était mon secret, mon potin. Et je n'avais qu'une seule envie, c'était découvrir l'auteur de ce merveilleux petit carnet.

Puis un jour, BOUM!, encore une fois, par hasard, en ramassant un bout de parchemin par terre. Tout de suite, je reconnu l'écriture. Je sortis 'mon' petit carnet, en comparant la graphie et... c'était exactement la même. Mais c'était juste... non... impossible... AH... dégueulasse... Maïa Callahan?! FRANCHEMENT? La soeur du prof? Coucher avec le prof?


Enfin, là, en cet instant, je riais parce que je m'approchais petit à petit d'une proie dont je ne ferais qu'une bouchée. M'étant réveillé à une heure plutôt matinale, j'étais prêt avant tout le monde dans ma salle commune. Et puis, le Dimanche, ils font tous la grasse matinée ces faignants. Pour une raison comme une autre, le sommeil m'avait quitté très tôt, me laissant toute une matinée vacante que je devais occuper en je ne savais quoi. Et bien, là, ma matinée était toute tracée; Aller emmerder Maïa Callahan, la petite dépravée incestueuse, avec un professeur de botanique qui plus est. Rien que de retourner le scénario dans ma tête, ça me donnait des frissons. C'était... étrange. Une image parfaitement horrible me vint en tête. J'vous laisse imaginer. Sadélye. Moi. Frère. Soeur. EUUUUURK. Merlin, c'était vraiment inhumain.. Et moi qui croyait que ce Callahan était un mec bien, avec ses cheveux roses et son espèce de dégaine de hippie raté. Secouant la tête, reprenant ma marche, j'observais ma "proie", en train de se dorer la pilule dans l'herbe douce proche du lac, tout ceci accompagnée d'une cigarette moldue. Je devais bien avouer qu'elle avait un certain style. 'Concentre toi Syssou, cette fille là va te détester, parce que tu vas royalement la faire chier'. Oublions cette histoire de style, et commençons donc à faire des dégâts.

Je jubilais. Ce genre de situation était tellement rare, que j'en étais parfaitement excité. Enfin, tout de même, avais-je la chance de, tous les jours, avoir un moyen de pression sur une jeune fille de Salem, une bonne trentaine d'autres garçons, et qui plus est, un professeur lui même.? Non. Vous voyez? Cette situation était unique, et merveilleuse. Les mains dans les poches, tâtonnant le carnet installé bien confortablement dans ma poche droite. Nonchalamment, l'air de rien, approchant de Maïa, je me mis juste en face du soleil, produisant une grande ombre sur son corps tout entier. Elle me regarda. « Pardonnes moi, je te dérange peut-être? » demandais-je avec un sourire éclatant.

"Tu ne t'es jamais frottée à la tornade Slyback, ma belle? Qui s'y frotte s'y pique." J'aurais volontiers dis ça, si ça n'avait pas eu un sens horriblement pervers, alors que j'avais pensé cela en toute naïveté. Mais bref, là n'étais pas la question. La question, c'était "que faire d'elle?". La faire mijoter ou tout lui avouer? Puis l'idée me vint, comme une évidence. Ma main toujours enfouie dans ma poche, je fis glisser le carnet de ma poche, jusqu'à ce qu'il tombe sur l'herbe, juste à côté de Maïa. « Oh, mince alors, quel maladroit je fais...! » Tout ceci agrémenté d'un sourire machiavéliquement naïf, et d'un air faussement étonné. Un emmerdeur de première, j'vous dis!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

⊰ PARCHEMINS : 313
⊰ INSCRIPTION : 07/11/2010
⊰ CRÉDITS : Avatar : © psychozee. | Signature : © bazzart
⊰ ÂGE RPG : 17 ans
⊰ PSEUDO : Kiki.
⊰ COMPTE DE GRINGOTTS : 4645

MessageSujet: Re: SYRIUS&MAÏA ✖ End of the line Mer 15 Juin - 9:16

Un silhouette se dessine au dessus d'elle, s'interposant entre le soleil et son corps qui se trouve couvert d'une ombre, fine et allongée. Elle laisse échapper un grognement alors qu'à travers ses lunettes de soleil, ses paupières se soulèvent pour se poser sur le jeune homme de Gryffondor. Elle dégage la cigarette qu'elle avait coincée entre ses lippes pour en aspirer la fumée et la recrachée après qu'elle ait eu envahie ses poumons. Elle hausse un sourcil, se redressant légèrement sur ses avant-bras. Pardonnes moi, je te dérange peut-être? Arg. Par Merlin, c'est un blague? Elle se laisse retomber en arrière en laissant échapper un soupire, lasse et exaspérée. Elle ne s'attend certainement pas à ce qui va suivre. En fait, elle ne s'attend à rien. Elle a déjà vu ce garçon, un sale môme qui passe son temps à mettre le château sans dessus dessous. Enfin, ce genre de môme est utile, il attire toute l'attention des professeurs pendant que, dans l'ombre, des filles comme moi parviennent à faire entrer illégalement toutes sortes de produits qui devraient se trouver en dehors de l'enceinte de Poudlard. Quoi qu'il en soit, la présence de ce gamin ne présage rien de bon, elle s'en doute et cela, rien qu'en voyant l'horrible sourire railleur et joueur qui anime son regard. Les paupières closent, elle passe ses mains de part et d'autre de son visage pour rejeter sa tignasse blonde en arrière. Elle crève de mal la tête, sans nulle doute, les conséquences d'une soirée bien trop arrosée. Elle ne sait plus vraiment. Un bruissement sourd l'interpelle alors, elle se redresse complètement pour voir un carnet étrangement familier vautrer dans l'herbe, à côté des ses jambes nues. Elle tire à nouveau sur sa cigarette, son regard se portant sur l'anglais. Oh, mince alors, quel maladroit je fais...! Quelle piètre comédien elle trouve en face d'elle. Perplexe et décontenancé, elle vient délicatement saisir le carnet alors que, de son autre main, elle porte à nouveau la clope à ses lèvres. Après un rapide coup d’œil, il n'y a plus aucune hésitation, ce carnet, c'est le sien. La vérification n'était pas réellement nécessaire, la bouille du détestable gamin aurait du lui suffire. Qu'est ce que cette face de goule faisait avec son carnet? Le cerveau anesthésié par l'alcool qu'elle avait ingurgité la veille, elle ne parvient pas à réfléchir très longtemps, ou plutôt, elle n'en a pas envie.

Elle soulève le carnet, le présentant au jeune homme, interrogative. Quoi? Tu veux être le prochain? Parfaitement sérieuse, elle plante son regard dans le sien. Il a forcément une idée derrière la tête, cette petite manigance et cette entrée théâtrale ne trompe pas. Elle vient à nouveau coincé la cigarette entre ses lèvres pour la terminé et balancer le mégot au loin. Elle regrette de ne pas avoir de bouteille pour accompagner ce mal de crane omniprésent. Sans la moindre gène, elle laisse son regard se glisser sur le Gryffondor, le détaillant dans les moindre détails. Plutôt mignon, ça pourrait le faire. Toujours planquée derrière ses lunettes de soleil, les ravages de la fatigue et de l'alcool demeurent invisible. En plus, le dernier n'était pas vraiment à la hauteur de mes espé... Silence. La pièce tombe. Elle ouvre la bouche et la referme. Elle se saisit du carnet et l'ouvre, comme pour vérifier l'évidence. Un soupire s'extirpe de ses lèvres, elle referme le carnet et le pose sur ses genoux. Cohnaan. Par Merlin, elle s'est foutue dans une merde pas croyable. Hm. Elle vient enlever ses lunettes de soleil pour l'affronter les yeux dans les yeux. Sa main se soulève, prise la main dans le sac, elle ne prend même pas la peine de démentir ou de se chercher des excuses, elle assume, sans complexe. Qu'est ce que tu veux? Cela ne fait aucun doute, elle a affaire à un maitre chanteur et ne compte pas y aller par quatre chemin pour découvrir ce qu'il désir en échange de son silence. Si c'est des points en plus, je te considère de voir avec lui !!! Oh oui, elle ne compte certainement pas aller trouver le professeur de métamorphose pour lui avouer que, de part sa faute, sa place est en danger et qu'il doit augmenter les résultats d'un de ses élèves. Non, non, non. Elle ne veut pas lui donner de raison de la quitter définitivement, il a un moi pour réfléchir, un moi, elle ne doit pas lui donner de raison de le faire. A moins que ma proposition de figurer dans le carnet soit plus alléchante? Elle soulève son carnet. Elle ne perd décidément pas le nord. Une foutue allumeuse. Elle sourit, haussant vaguement les épaules comme si elle venait simplement de lui demander de partager un morceau de gâteau au chocolat. Avec un peu de chance, elle passera pour la garce sans scrupule qui a fait céder son professeur à l'usure. En plus, tu as un avantage, tu sais tout ce que j'aime !!!


_________________


U.C.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: SYRIUS&MAÏA ✖ End of the line

Revenir en haut Aller en bas

SYRIUS&MAÏA ✖ End of the line

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SONORUS. :: 
IT'S THE END OF AN ERA
 :: The pensieve :: saison un :: rps
-