AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Practice is always good ✑ Syrius S.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité


MessageSujet: Practice is always good ✑ Syrius S. Mer 28 Déc - 2:07


« Ethan lève-toi on a cours dans trente minutes ! » Me lever tôt ? Impossible ! Cela faisait cinq ans que mes camarades de chambre me réveillaient toujours environ trente minutes avant les cours ce qui me laissait à peine le temps de descendre prendre un truc à grignoter dans la Grande Salle avant de partir travailler un peu. Encore aujourd’hui, ils avaient été sympas, je ne comptais plus le nombre d’Aguamentis que je me prenais pour me réveiller. Le week-end était vraiment une libération pour moi vu que je pouvais dormir jusqu’à dix heures. Mais nous n’étions pas jeudi, nous étions en pleine semaine mais aujourd’hui j’avais de la chance, je finissais les cours en milieu d’après-midi ce qui me permettait de pouvoir aller sur le terrain de Quidditch qui n’était à cette heure pas réservé j’en étais certain. Je me levais donc difficilement et jetais un sort à mes draps pour qu’ils se remettent en place avant de filer dans la salle de bain les yeux encore endormis. Mes camarades de dortoir bougeaient dans tous les sens cherchant leur chemise ou alors révisant une dernière fois leur cours de métamorphose vu que nous avions une interrogation sur notre dernier sujet. J’avais eu le temps de revoir tout cela la veille, j’espérais juste être assez réveillé pour pouvoir réfléchir. Les contrôles en début de journée ce n’était pas mon fort. Je savais que de toute manière peu importe ce que j’allais avoir comme résultat, mon frère aurait eu mieux l’année d’avant. Je soupirais en sortant de la douche et allais m’habiller. Un ami à moi m’attendait encore en frappant du pied et je me demandais s’il ne s’était pas levé plus tôt pour aller déjeuner pour être certain d’avoir quelque chose dans l’estomac. Nous sortîmes du dortoir en parlant du devoir qui nous attendait. J’en profitais pour éclairer mon ami qui ne semblait pas avoir tout compris. Cependant, la cloche sonna alors que nous étions encore dans les escaliers. Il nous restait quelques petites minutes avant d’aller en cours. Je courrais donc dans la Grande Salle où j’attrapais une brioche et nous nous mîmes à courir dans les couloirs. Heureusement, nous arrivâmes juste à l’heure sinon cela aurait été assez terrible vu le professeur que nous avions. Le cours passa assez vite comme la matinée en général et c’est le ventre remplit de gargouillis que je passais la porte de la Grande Salle pour aller manger. Comme d’habitue, elle grouillait de monde mais heureusement, nous trouvâmes une place. Je dévorais tout ce qu’il se trouvait devant moi tout en discutant avec les personnes autour de moi entre deux bouchées. C’est alors que je vis à une table plus loin Syrius. Je pensais alors à mon entraînement de Quidditch personnel et je me dis qu’il pourrait certainement se joindre à moi si lui aussi finissait ses cours plus tôt. Une fois mon repas terminé, je partais donc à sa rencontre vu que lui aussi semblait avoir terminé. Une fois à sa hauteur je lui dis : « Je vais m’entraîner vers quatre heures cette après-midi si t’es libre je me suis dis que c’était plus sympa de s’entraîner à deux. » Lui dis-je avec un sourire. Aujourd’hui j’étais de bonne humeur et j’espérais que nous n’allions pas nous disputer quoique remarque, ça nous prenait soudainement à tous les deux alors on ne pouvait rien prévoir. Il me dit qu’il était d’accord et je reprenais donc les cours pour l’après-midi.

Tout se passa comme d’habitude, des cours normaux sans vraiment de surprise. Quand la cloche sonna pour mon dernier cours, je ne pus que me sentir soulagé. J’allais enfin pouvoir quitter les salles de classe que je ne voyais qu’avec horreur depuis que c’était là qu’on me comparait sans cesse avec mon frère et je pouvais enfin aller sur le terrain de Quidditch où j’étais certain de ne jamais le croiser. Lui c’était les inventions et les expériences et il n’avait pas besoin du terrain pour cela. J’étais tout de même remonté dans ma salle commune pour poser mes affaires dans le dortoir et enfiler celles que je mettais pour les entraînements de Quidditch. En décembre, il faisait froid et comme je ne comptais pas aller à l’infirmerie, autant s’habiller un peu. Je croisais Lily qui me demanda : « Tu fais quoi ce soir Ethan ? » Je la regardais ne sachant pas vraiment ce que j’allais faire ce soir. « Travailler certainement pourquoi ? » Un sourire s’étira sur ses lèvres et elle lui dit : « J’ai quelque chose à te montrer alors à tout à l’heure ! » Et voilà, soirée condamnée maintenant … J’allais devoir finir mon devoir de potion à la lumière de ma baguette ce soir ou alors devant le feu de la salle commune. Tant pis, j’aurai le temps de voir tout cela plus tard ! Maintenant c’était l’heure du Quidditch. J’allais chercher dans les vestiaires mon balai et les balles et je sortis sur le terrain tout content. Je vis alos Syrius s’avancer à son tour. Un sourire sur les lèvres je lui dis : « Alors ? On commence par le souaffle ou les cognards ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▲ SYSSY L’IMPÉRATRICE jette des diadèmes empoisonnés.

⊰ PARCHEMINS : 572
⊰ INSCRIPTION : 10/10/2010
⊰ ÂGE : 20
⊰ CRÉDITS : class whore/tumblr.
⊰ ÂGE RPG : Seize ans.
⊰ PSEUDO : winged syrius.
⊰ COMPTE DE GRINGOTTS : 5120


STOP FOR A MINUTE
JUKEBOX:
RELATIONSHIPS:
DOUBLE-COMPTE: Cohnaan C. Callahan
MessageSujet: Re: Practice is always good ✑ Syrius S. Dim 8 Jan - 0:30


La rousse, que je regardais avec insistance depuis pas mal de temps, se leva, et commença de partir de la Grande Salle. Avant qu'elle ne s'en aille, j'entrepris de l'interpeller. « Hey Ty- » commençai-je, avec l'espoir qu'elle allait me saluer, mais, accompagnée de son amie avec laquelle elle discutait, elle passa devant moi sans m'accorder un regard. « -ler. » finis-je, la haine dans l'âme. Bougon et déçu de ce manque d'attention, je plantai avec rage ma fourchette dans l'oeuf qui traînait dans mon assiette, maudissant tous les saints qui semblaient perpétuellement me refuser le bonheur d'avoir ne serai-ce qu'une minuscule parcelle d'attention de la part de Lilianne, la fille qui occupait mes pensées depuis pas mal de temps. Je finis mon repas dans le silence le plus total, tandis que tous mes amis à côté de moi rigolaient à propos de tout et n'importe quoi, ce qui finit tout de même par me faire retrouver ma bonne humeur. Le meilleur dans tout ça, c'était qu'à la table des Gryffondor, c'était toujours comme ça, aussi enjoué et bon enfant. Décidément, le choixpeau avait choisi à ravir la maison dans laquelle m'envoyer, car il s'agissait exactement de l'ambiance dans laquelle j'aimais évoluer. Avant de me lever, pour aller retrouver quelques amis devant la serre de Botanique dans laquelle je devais avoir cours juste après, Ethan O'Lloway, un de mes amis de Poufsouffle, me proposa quelque chose: « Je vais m’entraîner vers quatre heures cette après-midi si t’es libre je me suis dis que c’était plus sympa de s’entraîner à deux. » L'idée m'emballa immédiatement, j'adorais m'évader l'espace de quelques heures pour aller m’entraîner. « Ouais, cool, j'te rejoindrai là-bas! » lui répondis-je, sortant du mutisme qui m'avait enveloppé depuis que Lily la furie m'avait parfaitement ignoré, d'un air plutôt content à l'idée de ne pas passer le reste de mon après-midi dans ma Salle Commune. C'était un syndrome des plus communs, en ce moment, que de rester à réviser et faire ses devoirs pendant des heures entières, depuis qu'était arrivée ma sixième année d'étude. En effet, tous les élèves, moi-même inclus, avaient naïvement cru que cette année allait être reposante, après les BUSEs et avant les ASPICs, et que leur nombreuses après midi libres allaient être une partie de plaisir. Et bien tout ça n'était qu'une belle illusion, tellement le taux de devoirs à rendre et de leçon à apprendre avait augmenté. Je comprenais maintenant pourquoi, quand j'étais plus jeune, je trouvais que les élèves au dessus de la quatrième année avaient toujours la tête dans leur bouquins... Enfin, travailler, même si j'étais excellent, je détestais ça, alors me changer les idées avec Ethan ne pouvait être que bénéfique...

... Si cela ne finissait pas en dispute. En effet, Ethan et moi entretenions une relation extrêmement étrange, qui me surprenait, parfois. Je ne comprenais vraiment pas ce qui se tramait entre nous deux, pour que nous passions d'un extrême à un autre. Je connaissais le Poufsouffle depuis pas mal de temps maintenant, et nous avions toujours été bon amis, jusqu'à ce que, plutôt récemment, cela change du tout au tout, modifiant notre relation à jamais. Une dispute éclata, un jour, et ça changea la donne. Une fois, on s'entendait comme deux frères, et une autre, on se disputait comme un vieux couple, à propos de tout et de rien, souvent juste pour passer ses nerfs sur quelqu'un, parce que notre humeur n'avait pas été très bonne. Voilà, ça se résumait à ça, et c'était infiniment étrange. En tout cas, aujourd'hui, j’espérais qu'il n'y aurait pas de débordement, et que l'entrainement se passerai dans les meilleures conditions, parce qu'au fond, cet Ethan, c'était un gars bien, et un très bon joueur de Quidditch qui plus est, alors j'avais vraiment envie que notre relation ne se dégrade pas à cause de ces disputes sans queue ni tête!

Mon repas étant terminé, je me levai, en compagnie de mes amis Gryffondor de septième année, dans le but de rejoindre les serres, pour notre prochain cours, qui fut... énervant. En effet, le professeur, aujourd'hui, semblait avoir décidé que tous les élèves étaient ses ennemis, et que plus il leur lancerait de piques, plus heureux il serait dans la vie. Et sa cible préférée se révéla être nulle autre que moi-même, ce qui m'agaça au plus haut point, puisque, pour une fois dans toute mon existence, je n'avais absolument rien fait de mal. Une fois le cours terminé, serrant les dents pour ne pas envoyer une remarque insolente au professeur, je dis à Galadriel, mon meilleur ami, que j'allais rejoindre Ethan sur le terrain de Quidditch, pour m’entraîner. Une fois seul, marchant vers le terrain, je me mis à prendre de grandes inspirations, dans l'espoir de calmer mes nerfs, pour que je ne m'en prenne pas au pauvre Ethan, qui ne m'avait rien fait. Un peu renfrogné, mais tout de même calmé un tant soit peu, je me changeais dans les vestiaires, et je pris mon balais, avant de débarquer sur la pelouse fraîche du terrain. En ce mois de Décembre, l'air était parfaitement glacial, et pourtant, j'aimais bien ce temps là. En face de moi, je remarquai qu'Ethan sortait également d'un autre vestiaire, avec le matériel nécessaire pour jouer. « Alors? On commence par le souaffle ou les cognards? » me demanda t-il, une fois proche de moi, au milieu du terrain. La réflexion fut vite faite dans mon esprit. Voyez-vous, j'étais batteur pour l'équipe de Quidditch de Gryffondor, tandis qu'Ethan était gardien pour celle de Poufsouffle, et mon domaine à moi, c'était donc les cognard. Alors il semblait évident que je préférais ça aux Souaffles. « Hm, disons les cognards? Une bonne demi-heure devrait me suffire. » répondis-je, d'un ton plutôt neutre, ne laissant pas passer mon énervement dans mes paroles. J'ouvrais la grosse boite rectangulaire qui renfermait les balles de Quidditch, et souris en voyant les deux cognards s'agiter comme des furies. Les libérant des chaînes je lançai une batte à Ethan, avant de sauter sur mon balais, avec la mienne. Poussant le sol de mes pieds, je ne mis pas longtemps pour décoller, avec cette éternelle sensation de bien être, qui me donnait des papillons dans le ventre. J'avais toujours adoré voler, rien ne m'avait jamais rendu plus heureux, quand j'y réfléchissais bien. A part peut-être être avec Galadriel, Léonie, ou Sadélye, et apercevoir Lilianne. En tout cas, c'était une sensation qui me manquais, lorsque j’atterrissais sur la pelouse du terrain, après un match ou un entrainement.

Secouant la tête pour sortir de mes pensées, je remarquai qu'Ethan était déjà à bonne hauteur, en train de frapper dans un cognard, visant une sorte de cible imaginaire. De toute façon, nous n'avions que ça pour nous entraîner, car il était clair que choisir une cible humaine était drôlement dangereux. Ça me dit tout de même sourire, à l'idée de voir Ethan de débattre sur son balais pour échapper aux vilains cognards. Trêve de rigolade, je me mis à la poursuite du cognard numéro deux, qui volait par-ci, par-là, et dans lequel je donnai un grand coup de batte. Étrangement, frapper d'une telle force aurait dû me rendre plus zen, plus calme, alors qu'au contraire, ça m’énervait, encore plus, ne m'étant pas totalement remis du cours chaotique que je venais de passer. Je frappais, visant des cibles imaginaires que j'arrivais à atteindre à chaque fois. Et il en fut ainsi pendant une bonne quinzaine de minutes, jusqu'à ce que quelque chose arrive... Frappant dans un cognard avec toujours autant de force et d'entrain, je n'avais pas remarqué que ma cible imaginaire était à seulement quelques mètres du Poufsouffle, et étrangement, ce fut exactement à ce moment là que je ratais ma cible constituée de vide, et le congard frôla Ethan, à quelques centimètres à peine de l'une de ses épaules. Horrifié, j'attendais la réaction du Poufsouffle avec une certaine appréhension...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Practice is always good ✑ Syrius S. Jeu 12 Jan - 6:19


Le Quidditch, le seul domaine où je pouvais être moi-même, où je ne passais pas pour le petit frère de Porter beaucoup moins doué. Je ne savais pas vraiment si c’était ça qui m’avait poussé à aimer si fortement le Quidditch ou tout simplement le fait que j’adorais voler mais en tout cas le Quidditch m’était devenu essentiel et en m’entraînant comme un fou j’avais finis par entrer dans l’équipe et je n’en étais pas peu fier. De lourdes responsabilités pesaient sur mes épaules en tant que gardien, je n’étais pas sans le savoir. Entendre les soupirs exaspérés de mes camarades de maison quand je laissais passer un but me fendait le cœur et pourtant, je devais tout faire pour ne rien entendre et rester concentrer. Cela me donnait aussi la force de continuer à me battre, de continuer à essayer de tout arrêter. C’était bien entendu un jeu d’équipe mais une fois que le joueur ayant le souaffle avait passé tous les jours de mon équipe, il se retrouvait devant moi et c’était un un contre un ni plus ni moins en fait. Je m’étais habitué à voir le stade plein à craquer, à étudier les tactiques des autres équipes, à m’intéresser aux équipes internationales et surtout à voler tous les jours. C’était une sensation unique que j’aimais plus que tout. Je m’y étais habitué et je ne voulais pas la quitter. Elle me donnait l’impression de laisser les problèmes, les questions, les surnoms sur le sol et d’être complètement libre dans les airs. J’adorais survoler le parc de Poudlard, on découvrait toujours des choses intéressantes. Un couple caché derrière les buissons, des personnes lisant dans le parc, certaines qui essayaient de s’aventurer dans la forêt mais en ressortait quelques secondes plus tard terrifié par un petit bruit. J’aurais pu lancer pas mal de rumeurs si j’avais voulu mais je n’étais pas ce genre de personnes, je me fichais bien que telle ou telle personne se soient mises derrière un buisson pour faire je ne sais quoi, cela n’allait pas changer ma vie et si ça améliorait la leur alors tant mieux pour eux. Et puis il y avait aussi les nouveaux qui visitaient les alentours du château une fois qu’ils avaient réussis à ne plus se perdre ce qui avait mis un peu de temps. Cette rentrée avait été particulière pour tout le monde pour la simple et bonne raison qu’il avait fallu nous élèves de Poudlard s’adapter au monde, à la présence de tous ces nouveaux élèves, aux espaces qui leur étaient réservés et puis la directrice avait bien insisté sur le fait qu’elle comptait sur notre gentillesse pour les guider dans un premier temps. Elle aurait dû insister plus sur ce point précis vu les évènements qui continuaient à avoir lieu dans le château par rapport aux nouveaux élèves mais ceux-ci nous le rendaient bien des fois. Personnellement, j’avais pris mon rôle de préfet très à cœur et j’aidais le plus de personnes que je pouvais en allant en cours par exemple. J’avais des amis dans les nouvelles écoles maintenant et j’en étais plutôt content, on pouvait apprendre pleins de choses de cette manière, c’était plutôt cool. Et puis je n’avais pas de préjugés sur les écoles et encore moins sur celle de Beaubâton vu que j’avais des cousins dont la grand-mère avait fait ses études là-bas et ils savaient tout sur cette école. Autant dire que leur grand-mère avait dû être ravie de voir les deux écoles se joindre en une seule cette année …

Mes cours furent d’un ennui total. Si je le pouvais, je passerai mon temps à jouer au Quidditch ou à flâner dans le château. J’adorais juste marcher dans les couloirs sans but bien précis pour la simple et bonne raison que j’avais l’impression d’être chez moi, à la maison. Il paraît que c’est une sensation que la plupart des élèves de Poudlard finissent par ressentir au bout d’un moment. Ca n’allait grimper qu’en crescendo vu qu’il me restait encore deux ans à faire à l’école et que la séparation n’allait pas être facile. Devenir professeur ? Je n’y avais pas vraiment pensé et vu mes rapports sociaux, je ne pensais pas être fait pour ce genre de métier. Non, joueur de Quidditch serait intéressant pour moi mais pour cela, il faudrait encore que j’arrive à jouer assez bien pour que les spectateurs extérieurs à l’école me remarquent. J’avais encore cette saison et celle des deux années à venir pour travailler là dessus et c’était aussi pour cela que je m’entraînais après les cours dès que le terrain était libre. Ne pouvant pas me lancer le souaffle tout seul, j’avais demandé à mon professeur de sortilèges de m’apprendre un sort pour pouvoir ensorceler le souaffle de manière à ce qu’il rentre dans les buts mais jamais de la même manière. Mais je préférais en général avoir un vrai lanceur que ce soit quelqu’un de l’équipe ou simplement un ami qui aimait bien voler. En cette fin d’après-midi, c’était mon ami Syrius que je devais retrouver sur le terrain pour une séance d’entraînement. Je l’avais croisé dans la Grande Salle pour le déjeuner et à mon invitation i avait répondu : « Ouais, cool, j'te rejoindrai là-bas! » Je l’attendais donc, prêt à m’envoler. Il était batteur et nous faisions ainsi deux choses pour nous entraîner. Soit je prenais une batte et m’improvisait batteur ou alors il s’improvisait poursuiveur et nous échangions durant notre entraînement. Voilà pourquoi lorsqu’il était arrivé, je lui avais demandé s’il préférait commencer par les cognards ou par le souaffle. Sans grande surprise, il m’indiqua les cognards et j’attrapais la batte qu’il me lançait. « Hm, disons les cognards? Une bonne demi-heure devrait me suffire. » J’avais toujours préféré le poste de gardien mais avec mes cousins, on ne choisit pas ce que l’on veut quand on est le plus jeune, on prend ce qui reste. J’avais donc eu l’occasion de jouer à toutes les positions mais batteur, ça ne m’avait jamais passionné. Je n’étais pas vraiment du genre à vouloir frapper dans tout et ça ne me soulageait de rien. Je n’avais jamais eu assez de force dans les bras pour faire quelque chose de vraiment utile à ce poste mais j’éloignais les cognards, c’était tout ce que l’on me demandait. Je préférais être au gardien, je trouvais cela bien plus amusant de devoir jouer sur les tactiques, l’agilité et les choses de ce genre mais tout joueur est important dans une équipe de Quidditch. Je finis par m’envoler alors que Syrius libérait les cognards qui montèrent de suite dans les airs. Je les frappais l’un et l’autre suivant celui sur lequel je tombais en vol et essayais de me fixer une cible que je ne devais pas rater. Cela n’était pas vraiment efficace vu que j’en ratais pas mal mais cela ne pouvait se voir vu que ma cible n’était visible que par moi-même. Syrius était bien plus doué que moi vu les grands sourires qu’il affichait quand il voyait son cognard se diriger dans telle ou telle direction.

Cela devait faire une quinzaine de minutes que nous jouions et je venais de renvoyer un cognards quand je sentis quelque chose me frôler à une vitesse folle. Je tournais la tête et vit le cogard s’envoler vers je ne sais où. Je me tournais ensuite vers Syrius qui affichait une expression horrifiée et mon sang ne fit qu’un tour. Nous étions amis depuis un an ou plus je ne me souvenais plus très bien mais depuis récemment, nous avions l’art de nous engueuler pour des choses complètement inutiles et vraiment débiles il fallait le dire. Un coup c’était lui, un coup c’était moi mais là ce serait moi et cela ne serait sans doute pas sans raison vu que j’aurais pu me faire défigurer. Je m’approchais un peu de lui et dit : « Non mais ça va pas ! T’es un malade ou quoi ! J’aurais pu me le prendre dans la tête ce fichu cognard et là je ne donnais vraiment pas cher de mon visage. Et dire que t’es batteur … Qu’est-ce qui me serait arrivé sinon … » Dis-je en soupirant.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Practice is always good ✑ Syrius S.

Revenir en haut Aller en bas

Practice is always good ✑ Syrius S.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SONORUS. :: 
IT'S THE END OF AN ERA
 :: The pensieve
-