AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Greetings in the Hollow [JASMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

⊰ PARCHEMINS : 78
⊰ INSCRIPTION : 17/01/2011
⊰ ÂGE : 25
⊰ CRÉDITS : ©LivanART
⊰ ÂGE RPG : dix-sept ans
⊰ PSEUDO : Valou.
⊰ COMPTE DE GRINGOTTS : 4719


STOP FOR A MINUTE
JUKEBOX:
RELATIONSHIPS:
DOUBLE-COMPTE: A. Daisy Devonshire
MessageSujet: Greetings in the Hollow [JASMINE] Ven 27 Jan - 11:29



greetings in the hollow


Un jeune homme aux cheveux bruns était assis sur un lit blanc à l'armature de fer étincelante. Toute cette clarté, à laquelle se superposait la pâleur presque maladive de sa peau faisait ressortir ses cheveux foncés, comme une tâche dans ce décor du néant. Ceux qui pensaient que le néant était sombre et ne laissait échapper aucune lumière étaient des imbéciles, selon Tobias. À ses yeux, il était absolument évident que le néant se devait d'être brillant, uniforme et qu'il devait faire tomber sur vous des gerbes de lumières intenses à vous en brûler les yeux. La brillance, indescriptible qui vous entoure, dans laquelle vous baigner, mais qui ne pourra jamais vous inonder, vous pénétrer. Vous ne serez jamais qu'une tâche, une saleté dans cette blancheur nacrée. Un intru.

C'est exactement comme cela que le Serpentard se sentait dans l'infirmerie, ce havre de lumière désinfectée. Et pourtant, il s'agissait là de sa seconde maison, pratiquement. Il venait ici régulièrement, jetait un regard torve à l'infirmière qui comprenait en un instant : elle ouvrait les draps d'un lit, laissant la place pour s'y glisser doucement. Après quoi, elle tirait jusqu'au lit en question deux rideaux blancs montés sur des cadres métalliques à roulettes et elle les disposait de chaque côtés du lit préparé. Elle finissait en mettant un verre d'eau, une carafe remplie sur la table de chevet et une boîte avec des décontractants musculaires et des anti-stress que le jeune Hambye aurait été capable de reconnaître les yeux fermés, simplement en les touchant.

Tobias venait ici plus pour le calme que pour les médicaments, auxquels il ne touchait que rarement. Mais ça avait un effet rassurant de s'asseoir sur le lit et de les savoir là, à portée de main. Et l'infirmière comprenait ce besoin, car elle savait ce qui s'était passé quelques années plus tôt, entre Tobias et sa jeune sœur adoptive. « Quelle tragédie » ne cessait-elle jamais de répéter, une fois qu'elle avait fini d'installer son patient récurrent. Cette pitié faisait se tordre un nœud douloureux dans le ventre du jeune homme, mais il souriait, poliment à la dame. Hors de question de perdre ce privilège – même s'il lui était accordé par un sentiment de pitié.

Aujourd'hui, ça faisait deux jours qu'il était là. Il était arrivé vendredi, directement après son dernier cours et n'était pas retourné à son dortoir depuis lors. Ses « camarades » avaient l'habitude et devaient sûrement penser qu'il était occupé à sauver la veuve et l'orphelin quelque part. Ils se seraient certainement moqué de lui deux minutes, disant quel ridicule vert et argent il faisait, avant de l'oublier complètement. Et ça leur ferait bizarre quand il reviendrait dormir avec eux : « tient, il est toujours là, lui ? ». Mais pour l'instant, Toby était couché, les yeux grands ouverts, l'esprit en mode « pause » en sentant l'odeur de son repas apporté il y a plus de deux heures par l'infirmière et laissé là depuis lors lui chatouiller les narines.

Il soupira un grand coup.

Il se redressa, péniblement, car il se sentait étrangement lourd. L'odeur de cette nourriture lui donnait mal au cœur. Il secoua légèrement sa tête, se disant vaguement qu'il serait peut-être temps qu'il se lève et sorte du néant, pour aller 'vivre' sa vie. Sourire et tout ça. À des gens qui s'en fichaient et dont il se fichait. Il avait presque fini de se convaincre quand il entendit un bruit rompre le silence quasi religieux de l'infirmerie. Quelqu'un était là. Il s'immobilisa, terrorisé à l'idée que quelqu'un découvre qu'il venait ici. Aux aguets, il attendit.


Dernière édition par Tobias A. Hambye le Mar 7 Fév - 8:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

⊰ PARCHEMINS : 30
⊰ INSCRIPTION : 01/01/2012
⊰ CRÉDITS : wanderlust
⊰ PSEUDO : .
⊰ COMPTE DE GRINGOTTS : 4152

MessageSujet: Re: Greetings in the Hollow [JASMINE] Ven 27 Jan - 18:42

C’était le moment tant attendu par la jeune Sanjula. Elle était bien contente de pouvoir faire ce qu’elle voulait, c’est-à-dire rien. Elle avait pris la peine de faire tous ses devoirs ayant passé toute la journée de la veille à la bibliothèque. Maintenant qu’elle s’était débarrassée de cette charge, elle avait du temps pour elle. À son arrivée à Poudlard, elle passait la plupart du temps à explorer le château. À présent, elle le connaissait presque sur le bout des doigts. Du moins, c’est ce que Jasmine croyait. Cependant, ce qu’elle ne savait pas c’est que Poudlard avait toujours quelque chose à dévoiler pour n’importe quel sorcier. C’est ce qui faisait de ce lieu un endroit fascinant. C’était bien le mot juste pour décrire le château.

La jeune Serpentard décida de se rendre dans les cuisines pour demander à son ami Numby, un des elfes de la cuisine, de lui préparer son dessert préféré. Numby lui avait concocté, il y a de cela à peine trois mois, un dessert qu’elle n’avait jamais goûté auparavant. De la crème glacée avec des morceaux de brownies chaud en prenant bien soin d’ajouter du dulce de leche. Miam. Jasmine se dépêcha de sortir de la salle commune des Serpentards où elle avait passé un bon temps à regarder par la fenêtre. Se rendre aux cuisines n’était pas compliqué. Il suffisait de se rendre aux sous-sols de Poudlard, le même étage que la salle commune des Poufsouffles. Elle essaya de se faufiler à travers la vague d’élèves de première année de la maison citée précédemment. Disons que ce n’était pas tâche facile, puisqu’elle allait à contre-courant. Devait-il absolument se promener en si grand nombre? Après plusieurs coups de coude et piétinage de pied, elle était sur le point de craquer. Elle avait déjà sorti sa baguette de sa robe pour tenter de disperser la foule de force. Non pas qu’elle voulait les blesser, mais c’était le seul moyen pour qu’elle puisse se rendre à destination. Soudainement, elle sentit quelque chose lui frapper le visage de plein fouet. Elle ne comprenait pas d’où était venu le coup. Elle tenta de regarder l’origine, mais un chaos sembla s’être emparé de la foule d’élèves de Poufsouffle. Et puis, elle sentit une douleur au niveau de son nez. Elle toucha cette région du visage comme si par magie la douleur cesserait. Elle avait à peine placé sa main sur son nez qu’elle la retirait aussitôt. Ses mains étaient rouges sang. Non pas juste pour parler de la couleur rouge, mais c’était explicitement du sang qui se trouvait sur ses mains. Elle essaya de cacher son nez et fila en vitesse vers le premier étage, elle devait à tout prix se rendre à l’infirmerie. Elle voulait faire cesser la douleur. Et puis, elle ne savait pas du tout de quoi elle avait l’air. Surement dévisagé par la blessure. Lorsqu’elle pénétra dans l’infirmerie, elle chercha désespérément l’infirmière. Cependant, elle n’était pas dans les parages. Il n’y avait que ces rideaux blancs autour de ce qui ne pouvait qu’être un lit. Sans réfléchir, elle avança vers ces rideaux croyant que par chance l’infirmière s’y trouverait derrière. Eh non. C’était le jeune Serpentard qu’elle avait aperçu plus tôt dans la journée en train de consoler un petit de deuxième année. Elle laissa échapper un seul son, sans réaliser qu’elle venait de tâcher les rideaux de son sang.

« Oh! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

⊰ PARCHEMINS : 78
⊰ INSCRIPTION : 17/01/2011
⊰ ÂGE : 25
⊰ CRÉDITS : ©LivanART
⊰ ÂGE RPG : dix-sept ans
⊰ PSEUDO : Valou.
⊰ COMPTE DE GRINGOTTS : 4719


STOP FOR A MINUTE
JUKEBOX:
RELATIONSHIPS:
DOUBLE-COMPTE: A. Daisy Devonshire
MessageSujet: Re: Greetings in the Hollow [JASMINE] Dim 5 Fév - 22:03

Immobile dans le néant, tendu dans l'attente de son destin. Que c'était poétique. Ou pas, hein. Tobias était surtout mort d'inquiétude. Qui serait-ce ? L'infirmière ? Bizarrement, il en doutait. Le nouveau-venu ne marchait pas comme si les lieux lui appartenaient. Il s'agissait donc sûrement d'un élève. Dont les pas se rapprochaient. Tobias sentait une peur panique monter dans sa gorge. Il pensait à la raison de ses visites répétées ici. Sa sœur, disparue à tout jamais du monde par sa faute. Son secret répugnant. Il devait le préserver coûte que coûte. Il se leva, rapidement, silencieusement, mu par une impulsion. Son esprit criait "Sous le lit !". Allait-il se cacher, comme un enfant pris en faute ? Il en avait bien envie ... mais quelques bribes perdues de raison le faisaient hésiter.

Alors qu'il réfléchissait à toute allure sur ce qu'il fallait ou ne fallait pas faire, une ombre foncée, barbouillée de sang fit irruption debout devant lui (tout aussi debout, pour des raisons tout bonnement inavouables). L'angoisse d'être découvert, le stress de prendre une décision en urgence et la tension générale de son être fourbu de culpabilité depuis la mort de sa sœur eurent raison de lui et il hurla en découvrant l'intruse face à lui, noyant dans son cri le faible "oh !" de la demoiselle :

TOBY - « Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah ! Par Salazar, mais que ... »

Le reste de sa phrase, à savoir un pathétique "voulez-vous donc ?" mourra sur ses lèvres. Sa déraison s'était envolée et il reconnu une jeune demoiselle. Un bon petit prototype de chez Serpentard, dans la même année que lui. Cela eu l'effet d'une douche froide sur Toby. Elle le trouvait là, à l'infirmerie, sans raison apparente de s'y trouver. Et il venait d'hurler à la mort, comme une pucelle qu'on aurait découvert nue, se douchant dans les vestiaires, alors qu'elle recherchait de l'intimité. Sa vie allait devenir encore plus difficile au sein de sa maison. Cependant, il rattrapa, autant que faire se peut, le coup et continua sa phrase, en montant beaucoup moins dans les aigus et sur un ton presque normal, quoique chevrotant.

TOBY - « ... t'es tu fait au nez ? Tu as essayé de voler le déjeuner du glouton de Gryffondor ? »

Moui. Ridicule, mais il faudrait bien s'en contenter. Pour l'instant, il bénissait surtout tous les esprits magiques auxquels il pouvait passer pour avoir refusé de porter la petite robe de malade que lui avait suggérée l'infirmière à son arrivée - celle qui se nouait dans la nuque et laissait voir le derrière et le dos du patient qui la portait. Il avisa la fille ... comment s'appelait-elle déjà ? QuelquechoseSanyula ? Rah, impossible de remettre le doigt dessus pour l'instant.

Hambye se racla la gorge, passablement mal à l'aise. Que faire pour que cette demoiselle oublie son fugace moment de honte ? Il n'en avait aucune idée, mais, tandis qu'il y réfléchissait, il regardait le sang de l'indienne qui avait coulé sur son uniforme, sur sa bouche et lui donnait un air cruel. On aurait vraiment pu la confondre avec un vampire - si une telle chose avait vraiment existé.

Il s'éloigna de son carré "personnel" d'infirmerie et se dirigea à grande enjambées vers le fond de la pièce, remplie de tout ce qu'il fallait pou soigner quelqu'un. Il attrapa une serviette moelleuse dans une armoire et alla devant le lavabo, pour l'humidifier. Ses gestes trahissaient ce qu'il aurait aimé cacher : son habitude évidente de l'infirmerie.

TOBY - « Viens par ici, qu'on nettoie ça. Tu fais peur à voir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Greetings in the Hollow [JASMINE]

Revenir en haut Aller en bas

Greetings in the Hollow [JASMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SONORUS. :: 
HOGWARTS, HOGWARTS, HOGGY WARTY HOGWARTS
 :: First floor :: Infirmerie
-